"Tout n'est que vanité et poursuite du vent. Demain est un autre jour. Semblable à aujourd'hui. Car, ne l'oublions pas, "après-demain, demain sera hier" et plus loin qu'après demain nous ne serons plus rien. Or, plus loin qu'après demain, c'est très vite, c'est bientôt, c'est demain. Tout à l'heure peut-être." Michel Onfray, Cosmos.

Demarche artistique

Née en Allemagne du sud (Constance)  en 1957, je réside dans l'est de la France depuis 1994.
 Je me consacre entièrement à la peinture depuis le début des années 2000.
J'aimais et j'aime toujours expérimenter.

J'éprouve une grande admiration pour les artistes qui sont capables de peindre toute leur vie autour d'une couleur, d'un sujet, d'une technique.

 Pour moi c'est impossible.

Mes techniques préférées sont l’huile et l’acrylique. Souvent je mélange les deux ou alors j'associe  des collages à ces deux techniques.

Ma peinture figurative s'inspire de de mes observations, les gens qui m'entourent, mes lectures ou même de la vie politique (même si je ne fais en aucun cas de la politique).
Ce type de peinture demande beaucoup de rigueur technique et aussi de la patience souvent. Un tableau, suivant sa complexité, peut très bien nécessiter plusieurs semaines de travail quotidien.
 C'est toujours une sorte de lutte. 
J'ai une idée, mais très souvent le tableau évolue autrement que je l'ai imaginé au départ.

En peinture abstraite l’approche est différente.
 C’est plus libre, plus spontané,
 J’exprime surtout des émotions du moment.
 Je choisis les couleurs et je me lance dans une sorte d'ivresse.
 Rien n'est vraiment prémédité, aucun plan.
Rien n’est figé, c’est un perpétuel changement.
 Ca peut parfois surprendre, voir créer une certaine confusion, car on a l’impression d’avoir plusieurs personnes devant soi.
Le seul trait commun entre ma peinture figurative et abstraite est la couleur.
J’aime les forts contrastes, les couleurs vives.
 Elles expriment le mieux ce que je suis et comment je ressens les choses.
Je suis purement autodidacte.
 J’ai besoin de silence, de calme - de solitude pour travailler.

Le regard extérieur pendant le processus de création me dérange.
Il me faut peindre, peindre et peindre encore...
 Il y a une sorte d’urgence.
 Probablement parce que j’ai pu me concentrer sur la peinture relativement tard.
 Le temps me file entre les doigts.
 Je n’ai pas vraiment de « maître », même si j’aime le travail de beaucoup de peintres comme Lucian Freud, Alex Katz, Egon Schiele, Max Beckmann, Klimt, Romare Bearden, Antonio Lopez, Paula Rego, les peintres de la renaissance et bien d’autres encore.
Depuis l’année 2016 je possède une petite presse avec laquelle j’imprime des linogravures, des gravures sur bois, monotypes,  collagraphies et des pointes sèches.